Le test de Campbell ou le test comportemental d’un autre âge !

Test Comportemental chiot

Avec un titre de qualité comme celui-ci, vous vous doutez bien de la tonalité de la suite de cet article ^^

Pour commencer, qu’est-ce que le test de Campbell ?

Mis au point par le Dr W.E. Campbell en 1973, ce test a été développé pour déceler les prédispositions dans le caractère d’un chiot de très exactement 7 semaines (pas plus, pas moins), permettant ainsi de sélectionner l’animal qui correspond le mieux à son futur foyer (garde, chasse, compagnie…). Par extension, le test de Campbell est utilisé pour… déterminer le caractère du chiot, c’est-à-dire, s’il s’agit d’un dominant ou d’un dominé/soumis.

Déjà, rien que l’objectif global de savoir si un chiot de 7 semaines est un dominant ou un dominé est un non-sens lorsque l’on sait que la « dominance » ou la « soumission » ne peuvent en aucun cas être une étiquette à vie, mais simplement le résultat d’une interaction conflictuelle à un instant T. Je vous invite à lire ou relire l’article sur les idées reçues pour en savoir plus sur le sujet 🙂

Comment se déroule le test de Campbell ?

Allons un petit peu dans le détail ! Le test se décompose en 5 points avec un à chaque fois un objectif précis, et 5 possibilités de réactions :

1. L’attraction sociale : « permet de révéler l’adaptation sociale, la confiance en soi et l’indépendance du chiot. »
Le test : « Amenez le chien avec vous dans le local ou dans le jardin et posez-le au centre. Allez vous mettre quelques mètres dans la direction opposée à celle de la porte d’entrée. Asseyez-vous par terre et tapotez vos mains sur les jambes sans parler. »
A- Il vient immédiatement – la queue haute – il vous saute dessus – il vous mordille les mains
B- Il vient immédiatement – la queue haute – il vous gratte les mains avec les pattes
C- Il vient immédiatement – la queue basse
D- Il vient en hésitant – la queue basse
E- Il ne vient pas du tout


2. L’aptitude à suivre : « cela permet de voir si votre chiot a un caractère suiveur ou très indépendant. »
Le test : Placez-vous à côté du chiot, assurez-vous que le chien vous regarde et commencez à marcher d’une allure normale. »
A- Il vous suit immédiatement queue haute – il vient entre vos pieds – il vous mordille les pieds
B- Il vous suit immédiatement queue haute – il vient entre vos pieds
C- Il vient immédiatement – la queue basse
D- Il vous suit en hésitant – la queue basse
E- Il ne vous suit pas ou s’en va

3. La réponse à la contrainte : « révélateur d’une acceptation du chien à la dominance physique (ou pas). »
Le test : « Asseyez-vous ou accroupissez-vous, retournez délicatement le chiot sur le dos et maintenez-le dans cette position pendant 30 secondes environ en laissant votre main sur sa poitrine. »
A- Il se secoue très énergiquement, voire violemment – il se débat – il mord
B- Il se débat sans s’arrêter
C- Il se débat puis il se calme
D- Il ne se débat pas – il vous lèche les mains


4. La dominance sociale : « révélateur d’une acceptation du chien à la dominance sociale (ou pas). »
Le test : « Caressez doucement le chiot en partant de la tête, en passant par le cou et en allant jusqu’au dos. Notez ses réactions. Si vous n’avez pas de réactions qui soient interprétables, continuez à le caresser jusqu’à ce qu vous ayez une réponse. »
A- Il vous saute dessus – il vous gratte avec les pattes – il mord ou il gronde
B- Il vous saute dessus – il vous gratte avec les pattes
C- Il se retourne – il vous lèche les mains
D- ll se met sur le dos – il vous lèche les mains
E- Il s’en va et reste éloigné


5. Dominance par élévation (ou test de dignité ?) : « permet d’évaluer son acceptation à votre domination. »
Le test : « Prenez le chiot sous le ventre avec vos deux mains entrecroisées. Soulevez-le légèrement du sol et maintenez-le ainsi pendant 30 secondes environ. »
A- Il se rebiffe – il mord – il gronde
B- Il se rebiffe
C- Il se rebiffe – puis il se calme – il vous lèche les mains
D- Il ne se rebiffe pas – il vous lèche les mains

Pour chaque point, un test est effectué sur le chiot. La personne réalisant le test doit sélectionner le comportement dans la liste qui correspond à la réaction du chiot.

Et comme pour les tests de personnalité que l’on trouve dans les magazines people, le caractère du chiot sera gravé dans le marbre en fonction de la majorité de réponses A, B, C, D ou E obtenues… Ainsi, un chiot ayant 2 réponses A aura « tendance à réagir d’une façon dominante et agressive. Ils ne conviennent pas à des enfants ou à des personnes âgées parce qu’ils peuvent mordre et réagir de façon violente. Ce sont d’excellents chiens de garde qui méritent des maîtres stricts, qui savent se faire respecter. »
Voilà comment celer la vie d’un chiot à 7 semaines, sans compter le traumatisme que peut procurer la mise sur le dos d’un chiot s’il n’y a pas été préalablement habitué .

Photo de Thirdman sur Pexels.com

Un peu de logique ?

Outre le fait que la corrélation entre la réaction du chiot à un moment donné et la détermination figée dans le temps de son caractère laisse à désirer, il est important de noter que tous ces tests sont réalisés à un instant T et ne peuvent représenter le caractère global du chiot ! De plus, ces tests étant généralement réalisés à l’élevage en séparant le chiot du reste de la portée (et parfois pour la première fois), il est complément dénué de bon sens de se baser uniquement sur ces tests pour choisir son chiot.
Enfin, ne pas prendre en compte l’influence de l’environnement présent et futur, ou encore les expériences individuelles et l’éducation, rend le test de Campbell complètement dénué d’intérêt.

Heureusement, en 1994, le test de Campbell fut totalement remis en question par l’étude de R. Beaudet qui a démontré que lorsqu’il est appliqué à 7 semaines d’âge sans critère supplémentaire, le test comportemental du chiot n’a aucune valeur prédictive concernant ses tendances sociales futur.

Mais alors, comment choisir son chiot ?

La personne la mieux placée pour vous accompagner dans le choix de votre chiot, sera l’éleveur, car c’est lui qui sera le plus à même de connaitre les différences de caractères entre les chiots de la portée. Il pourra vous indiquer des « tendances » (ex : celui-ci est le plus explorateur, celle là la plus calme…), et en échangeant longuement avec vous, il pourra déceler à quel chiot votre mode de vie et votre personnalité conviendront le mieux.

Méfiez-vous donc des professionnels qui vous proposent de réaliser des tests comportementaux pour vous aider à choisir votre chiot. N’hésitez pas à demander le contenu de ces tests, et si cela ressemble de près ou de loin au test de Campbell, passez votre chemin 😉

Photo de Tina Nord sur Pexels.com


Sources :
Canibest.com : Le Test de Campbell
Sciencedirect.com : Predictive value of activity level and behavioral evaluation on future dominance in puppies

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :