Les épillets, la plaie des beaux jours !

Certains d’entre vous le savent, nous avons passé un mois de Mai un peu catastrophique avec Tungaa. Après un oedeme de Quincke suite à une piqûre d’insecte à l’œil, Tungaa a enchaîné les épillets sous la peau.

Voici donc un petit article de prévention au sujet des épillets, mon pire cauchemar !

Du printemps jusqu’au début de l’automne, une attention toute particulière doit être portée à votre chien lors de ses balades quotidiennes. En effet, c’est à cette période que des herbes séchées, appelées « épillets », peuvent causer bien des malheurs à votre chien.

Qu’est-ce qu’un épillet ?

Les épillets sont des épis secondaires d’herbes sauvages, elles-mêmes groupées en épis au sommet d’une tige. Au printemps, ces herbes s’assèchent et se détachent très facilement de leur tige.

Chaque épillet est composé d’une extrémité pointue très piquante, ainsi qu’une autre extrémité ayant de petites structures très fines et allongées (appelées « barbules »). La partie dure et tranchante donne la capacité à l’épillet de percer le sol pour permettre aux graines de germer.

Les épillets s’accrochent donc très facilement à toute surface filamenteuse (vêtements, poils d’animaux…) et ne peuvent reculer.

Ainsi, ils restent très facilement accrochés aux poils des chiens et chats (peu importe leurs poils !), et parviennent à s’infiltrer sous la peau de l’animal. Ils peuvent également pénétrer dans les cavités (conduit auditif, narines) s’enfonçant toujours plus en profondeur

Quelles parties du corps de mon chien dois-je surveiller ?

Le nez : les épillets peuvent facilement se glisser dans les narines de votre chien. Si votre chien se met soudainement à éternuer et renifler très fort juste après avoir été dans des hautes herbes, vérifiez vite son museau. Des écoulements nasaux et des saignements peuvent arriver par la suite.

Les yeux : si un épillet arrive à se loger dans l’œil de votre chien, cela peut être très douloureux pour lui. Un épillet peut être suspecté quand l’animal commence à cligner des paupières soudainement, à pleurer, à se gratter et se frotter les yeux sur tout ce qu’il trouve. Les paupières gonflent alors rapidement et l’animal garde l’œil fermé.

Les oreilles : l’épillet peut s’accrocher aux poils des oreilles et progresser lentement jusque dans le conduit auditif. Ici le chien secoue la tête, se gratte l’oreille et refuse d’être touché. Il a également tendance à incliner la tête du côté où l’épillet a réussi à pénétrer.

La bouche : quand votre chien mange de l’herbe, il peut avaler en même temps des épillets. Pendant la mastication, ces derniers peuvent perforer les gencives ou la joue. Ils peuvent également partir plus en profondeur dans le corps du chien.

Les parties génitales et glandes anales : la forme des épillets leur permet de se glisser dans des passages extrêmement étroits comme la vulve chez les femelles ou le fourreau chez les mâles. Les épillets peuvent également s’introduire dans la glande anale formant ainsi une infection.

Sous la peau : les épillets sont aussi capables de percer la peau et de s’y glisser. Le point d’entrée des épillets se situe généralement entre les griffes ou les coussinets, au niveau de l’aine et là où la peau est particulièrement fine. Le chien se met alors à lécher sa patte avec insistance. Au début de l’évolution, un examen attentif permettre d’identifier une petite ouverture ou une petite croûte qui signale l’entrée de l’épillet. Après quelques jours, un gonflement de la peau telle une inflammation peut également donner l’alerte.

Pourquoi ne pas attendre avant de consulter ?

Il est très facile de retirer un épillet lorsqu’il est à peine sous la peau ou au tout début d’une cavité. Malheureusement, la progression de ces herbes est très rapide et quelques jours suffisent pour parcourir un long chemin !

Ils deviennent alors beaucoup plus difficilement détectables, et nécessitent généralement une anesthésie générale afin de pouvoir les extraire.

L’épillet peut rester bloqué au fond des fosses nasales et créer une infection. Il peut également remonter les voies respiratoires et atteindre les poumons par la trachée et les bronches, et ainsi provoquer une grave infection pulmonaire.

Pour les oreilles, un épillet resté dans le conduit auditif provoquera une inflammation et une infection de l’oreille. Il peut même poursuivre sa progression et venir perforer le tympan.

Au niveau des yeux, l’épillet se glisse sous les paupières où il reste prisonnier. À chaque battement de paupières, ce dernier frotte la cornée ce qui peut provoquer l’apparition d’un ulcère. Les ulcères cornéens sont très douloureux et nécessitent la mise en place d’un traitement rapide pour éviter des lésions oculaires irréversibles.

Aucune amélioration ne peut être attendue tant que le corps étranger n’a pas été enlevé !

Comment prévenir les épillets chez mon chien ?

Plusieurs précautions peuvent être prises pour limiter le risque de blessure par un épillet :

Coupez les poils entre les coussinets afin de pouvoir vérifier correctement après chaque balade si un épillet ne s’y est pas glissé.

Promenez votre chien en laisse quand vous êtres à proximité d’un terrain rempli d’herbes hautes.

Enlevez toutes les herbes séchées de votre jardin, et ramassez l’herbe tondue.

Inspectez soigneusement le pelage de votre chien après chaque balade, en vérifiant bien entre les coussinets, dans les oreilles, au niveau de l’aine… Profitez-en pour vérifier l’éventuelle présence de tiques !

Petite astuce : pratiquer un palper-rouler directement sur la peau de votre chien, vous permet de bien sentir les potentiels épillets et tiques sur la peau.

Que faire si je trouve un épillet sur mon chien ?

Si malgré toute votre vigilance vis-à-vis des épillets, vous remarquez au retour d’une promenade que votre chien éternue avec insistance, que son œil pleure, qu’il secoue la tête, consultez rapidement votre vétérinaire !

N’essayez pas de mettre un nettoyant ou quelconque produit dans l’oreille de votre chien pour apaiser la douleur ! Ces liquides gênent l’examen du conduit auditif par le vétérinaire !

Si vous avez remarqué un saignement de nez associé à des éternuements, précisez au praticien de quel côté il s’agissait. Cela l’aidera à retrouver plus facilement l’épillet.

Enfin, lors de la pénétration d’un épillet dans l’œil, un examen ophtalmique doit impérativement être réalisé pour vérifier l’absence de lésions cornéennes (même si vous avez réussi à enlever l’épillet !).

Article rédigé pour la revue du Club de l’Eurasier.

Un avis sur « Les épillets, la plaie des beaux jours ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :